EVOCATION DE LA VIE D'UN SEIGNEUR OCCITAN A L'AUBE ET PENDANT LA CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 d'or à quatre pals de gueules

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: d'or à quatre pals de gueules   Sam 1 Aoû 2009 - 18:47

suite a une discussions enrichissantes avec mon Seigneur, je viens faire une petite mise au point histo

Le comté de Barcelone est à l'origine une subdivision du royaume wisigoth en Hispanie. Conquis par les Maures à la fin du VIIIe siècle, reconquis par Charlemagne, il est intégrée à la marche d'Espagne, province frontière face aux musulmans d' Al-Andalus. Des comtes nommés par les souverains carolingiens se succédent à la tête de ce comté, considéré comme le plus important de la marche.

À l'extinction de la dynastie carolingienne, les comtes se succèdent de façon héréditaire dans la descendance du comte Guifred, dit le Velu. Cette dynastie domine également les comtés de Girone et de Ausone, et rassemble peu à peu sous son autorité directe ou indirecte tous les comtés formant l'actuelle Catalogne : Besalu, Cerdagne, Empuries, Pallars, Roussillon et Urgell.

En 878, à l'assemblée de Troyes, le comte goth Wifred (Guifré) le Velu, fils du marquis Suniefred, à la tête des comtés d'Urgell, Cerdagne et Conflent depuis au moins les années 870, est investi par Louis le Bègue des comtés de Barcelone et de Gérone. Il prend par la suite le titre de marquis, peut-être sans reconnaissance royale ; il n'en reste pas moins de facto le maître des comtés de la Marche d’Espagne. Ses frères Miro et Radulf reçoivent les comtés de Roussillon et Besalú, ce dernier issu d'un démembrement du comté de Gérone. Wifred et ses frères sont les derniers comtes à recevoir de l’empereur ou du roi leur investiture. La succession à la tête du comté de Barcelone devient purement héréditaire. Wifred fait construire des forteresses comme celle de Cardona et organise le peuplement de la région du Vallès proche de Barcelone. Il encourage les fondations monastiques et obtient en 886 la restauration, à Vich, de l'évêché d'Ausone, disparu après la révolte sans lendemain de 827. À partir de 878, la future Catalogne est virtuellement indépendante, les rois francs se contentant désormais d'entériner simplement les successions comtales, les différents pouvoirs locaux étant devenus de fait héréditaires. Wifred meurt en 897.


Naissance de la Cataloe
La marche s'émancipa progressivement de la tutelle franque à partir de 985. Ni les derniers Carolingiens, ni Hugues Capet ne répondent aux demandes de secours de Borrell II (947-992), comte de Barcelone, assiégé en 987 par Mohammed ibn-Abi Amir dit el-Mansour.


La couronne catalano-aragonaise
L’union définitive entre le royaume d'Aragon et les comtés de Catalogne eu lieu lorsque Ramire II, roi d'Aragon en 1134 (1094-1157) maria le 11 août 1137 sa fille Pétronille d'Aragon à Raymond Bérenger IV (1119-1162), comte de Barcelone et de Provence en 1131, ce dernier étant beaucoup plus puissant que le roi d'Aragon. Il abdiqua deux ans plus tard en faveur de son gendre. Cette union facilita la reconquête de Fraga en 1147. Le statut bicéphale de la couronne d'Aragon fait qu'elle a parfois été désignée dans l'historiographie sous le nom de confédération catalano-aragonaise et son souverain comte-roi de Barcelone, puisqu'en fait aucun des rois d'Aragon n'était aragonais : tous étaient catalans.

Le roi d'Aragon est à ce moment à la tête d'un large territoire allant de part et d'autre des Pyrénées, allant de Pau à Millau et Marseille. C'est pourquoi celui-ci se rangea coté du comte de Toulouse lors de la Croisade des Albigeois censée réduire « le problème cathare » afin de défendre ses vassaux contre les appétits de conquête de petits barons du nord de la France. Quoique trois fois plus nombreuse que leur adversaire, la coalition catalano-occitane subit une lourde défaite le 12 septembre 1213 à Muret (proche de Toulouse). Lors de cette bataille, le roi d'Aragon, Pierre Ier de Catalogne (Pere II) fut tué. L'héritier du trône, Jacques (Jaime, Jaume), le futur Jacques Ier le Conquérant, orphelin de père et mère, fut pris en otage à Carcassonne. Il fut remis aux Catalans et fut placé sous la protection et l’éducation des Templiers au château de Montso en Aragon.

Cette défaite fut scellée par le traité de Corbeil. Le roi de France Louis IX renonce à ses prétentions sur la Catalogne, en faveur du roi d'Aragon mais ce traité est avant tout une grande victoire pour la France et une défaite pour la Catalogne. Celle-ci perd toutes ses possessions en Languedoc et se coupe ainsi de territoires avec lesquels elle avait entretenu de forts liens politiques et culturels. L'occitan est d'ailleurs très proche du catalan.


suite a cela on va voir l origine du blason catalan:

Les Barres catalanes forment l'un des plus ancien drapeau d'Europe, dont l'origine demeure légendaire et remonte au IXe siècle.

La légende veut qu'au cours d'un combat contre les Normands, l'Empereur franc Louis le Pieux demanda à son vassal le comte de Barcelone Guifred el Pelut de lui venir en aide avec son armée. Après un rude combat qui vit la victoire franque, le comte de Barcelone fut gravement blessé. L'empereur franc, pour immortaliser la bravoure du comte catalan, trempa sa main dans le sang de son vassal et marqua de ses doigts le bouclier, faisant 4 traces rouges. Une autre théorie avance que Douce de Provence, par son mariage de Raimond-Bérenger III de Barcelone, soit à l’origine de l’écu aux quatre pals. Ces armes héraldiques sont mises en bannière en bureles et non pas en pal. Ce drapeau perdure dans le temps et connaît un vrai renouveau avec le retour de la démocratie en 1975 et lors de l'établissement d'une certaine autonomie régionale (en Espagne) en 1977.

Donc ces couleurs ne sont pas originaires de prime abord au royaume aragonais mais bien du comté de barcelone. Donc c'est vrai que l'on joue sur les mots mais le blason d'or à quatre pals de gueules et bien antérieur a la création de la couronne d'Aragon qui reprendra ce blason Smile Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: d'or à quatre pals de gueules   Sam 1 Aoû 2009 - 18:50

et enfin Smile :

De brèves ambitions sur le Languedoc

La mort du roi d'Aragon Alphonse le Batailleur décide en 1134 des destinées catalanes. Son frère Ramire II épouse l'année suivante Agnès, veuve du comte de Thouars, qui lui donnera une fille, Pétronille, née en 1136. Plutôt que d'envisager son mariage avec un prince castillan ou navarrais, Ramire préfère la promettre dès 1137 au comte de Barcelone Ramon Berenguer IV, qui devient ainsi prince d'Aragon, mais dont le fils Alphonse II sera, de 1162 à 1196, comte de Barcelone et roi d'Aragon.

Catalans et Aragonais regardent alors – au moment où l'irruption des Almoravides, puis des Almohades, interdit tout nouveau progrès de la Reconquista vers le sud – vers les terres situées au nord des Pyrénées.

Ils parviennent ainsi à s'implanter à Carcassonne, dans le Razès et en Provence et entretiennent des rapports étroits avec le Béarn et le comté de Toulouse. Au début du XIIIe siècle, Pierre II d'Aragon peut même envisager la création d'un vaste ensemble catalano-occitan mais la guerre des barons du Nord présentée comme une « croisade » conte le catharisme vient ruiner ses ambitions. Quand il se porte au secours de son vassal, le comte de Toulouse Raymond VII, il trouve la mort le 11 septembre 1213, lors de la bataille de Muret qui décide de la destinée ibérique de la Catalogne. Conclu en 1258 entre Saint Louis et le roi Jaime Ier El Conquistador (il s'est emparé des Baléares et de Valence), le traité de Corbeil voit la Catalogne quitter définitivement l'espace franc alors que le roi d'Aragon renonce à ses ambitions sur le Languedoc. Cela pouvant bien justifier un roussillonais dans votres mesnie Mon Seigneur Smile Smile
Revenir en haut Aller en bas
roland de comes
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2552
Age : 58
Localisation : CARCASSONA
Date d'inscription : 18/12/2007

MessageSujet: Re: d'or à quatre pals de gueules   Sam 1 Aoû 2009 - 20:22


Citation :
Cela pouvant bien justifier un roussillonais dans votres mesnie Mon Seigneur
ton amitié et ta fidélité les justifient amplement mon ami cheers king

_________________


chevalier Faydit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: d'or à quatre pals de gueules   

Revenir en haut Aller en bas
 
d'or à quatre pals de gueules
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Junichirô Tanizaki : Quatre Soeurs ...
» Tagliatelle aux quatre fromages
» [Zweig, Stefan] Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
» Trois garçons pour quatre filles...
» [Pixar] Cars - Quatre Roues (2006)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la Mesnie du Carcassès :: DE L'HISTOIRE POUR SE COUCHER MOINS BÊTE :: L'HISTOIRE AVEC UN GRAND H-
Sauter vers: