EVOCATION DE LA VIE D'UN SEIGNEUR OCCITAN A L'AUBE ET PENDANT LA CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les faidits dans la conquête de Majorque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferrolobo
novice
avatar

Masculin
Nombre de messages : 35
Age : 52
Localisation : Aragón! Aragón!
Date d'inscription : 20/12/2007

MessageSujet: Les faidits dans la conquête de Majorque   Sam 29 Déc 2007 - 11:05



Les faidits dans la conquête de Majorque.
Vous plairait-il que l'histoire inconnue des occitans vous racontât dans la conquête du règne islamique de Majorque ?
C'est très intéressant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.almogavares.net
roland de comes
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2552
Age : 58
Localisation : CARCASSONA
Date d'inscription : 18/12/2007

MessageSujet: Re: Les faidits dans la conquête de Majorque   Sam 29 Déc 2007 - 11:31

j'ai très envie connaître l'histoire de ces faydits, n'hésite pas à nous la raconter

Muy tengo ganas de conocer la historia de este faydits, no vacilo en contárnoslo

cheers cheers king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrolobo
novice
avatar

Masculin
Nombre de messages : 35
Age : 52
Localisation : Aragón! Aragón!
Date d'inscription : 20/12/2007

MessageSujet: Re: Les faidits dans la conquête de Majorque   Lun 31 Déc 2007 - 2:57


Commençons :
LE premier faidit dans la conquête de Majorque a été roi d'Aragon.
Il ne s'est jamais compris et me s'est étudié corecctamente pourquoi Jaime I "le Conquerant" à sa mort a divisé entre ses enfants la Couronne de l'Aragon, en créant et en nourrissant l'independdencia du règne de Majorque.
Majorque à la mort du roi de l'Aragon était un petit Occitania méditerranéen.
La vraie histoire s'est cachée, les livres racontent qu'ils ont été aragonais et spécialement catalans (plusieurs d'eux almogávares) les conquistadors de l'île.
Mais si nous lisons la liste des noms de famille des suppositions "catalanes" nous découvrons quelque chose : ce ne sont pas des noms de famille catalans, ce sont des noms de famille occitans!
Abri, Ebri, Abrines; Agen; Alenyá o Alenyar; Angles; Aries; Arguimbau; Assalit; Atbran o Abran; Aurenga; Avinhon o Avinyó; Aymerich o Eimeric; Babot; Balaguer o Balaguera: Banyol o Banyuis; Barbayrá; Barral; Bassa; Bastida o Sabastida; Batle; Baussan o Baussá; Benejam; Bisbal o Sabisbal; Blasco; Bonet; Borda o Bordas; Bordoll o Bordoy; Borraz o Borrás; Bremon o Bremona; Cabrit; Cagoles o Cadolle; Camarata; Canpomar o Campamar; Calvet o Caubet; Campanet; Canet-Sa Guárdia; Caors o Caorz; Capcir; Caramany, Caraman o Caramain; Carbonel o Carbonell; Carcasés; Cardelhac; Carrós; Catllar; Cerdá o Serdá; Cima; Colliure; Conies o Conia; Conques; Corbera; Corsaví o Cortsaví; Cors, Cos o Descors; Costoge; Crexell; Cuber o Cuba; Deu; Duran o Durant; Durfort; Enveig; Escafrè o d'Escafrè (Guiscafrè); Estella, Stela o Stalella; Fábregues o Fábregas; Feliu; Fenollet o Fenolhet; Ferriol; Figuera o Figueira; Forcimany o Forsimanya; Franch; Galiana; Garau o Gayrau; Garsíes; Gil o Gili; Grimalt; Illa; Jordá o Jordan; Lesol; Limoga o Limós; Llombard o Llompart; Llupiá; Malbosch; Martí; Mascaró o Mascarón; Massana; Miraval o Miravalis; Montaner; Montblanch; Montesquiu; Montgiscart; Montreal; Morelch, Maurel, Morell o Morey; Morlan o Moriá; Mosset Narbona o Arbona; Narbonés; Naya o Nage; Oms o d'Oms; Orfila, Ort o De I'Hort; Orteyia o Ortella; Orvay; Paiaizi o Palasin; Palazol, Palol, Palou; Palaldá o Palauldá; Palau; Pámies; Paó o Montpaó; Pedrozel, Petrozell; Pedrussol; Penna, Penya, Pinya; Perpinyá; Pi, Py, Despí; Pinós; Pízan o Pisá; Provensal; Puget; Pujol o Pujols; Puy; Puech; Puig o Despuig; Puig d'Orfila; Puylaurens o Pueglaurens; Rabassa; Renart; Riquer o Riquier; Rieusech o Riussech; Rieutord o Riutord; Rocafort; Rocafuelh o Rocafull; Roqueta; Rosselló; Rossinhol o Rossinyol; Rotlan o Rul-lan; Rovenhac o Rovenac; Sa Clusa; Saleillas o Salelles; Salses; Salt; Saiviá o Salvá; Savall; Sans; Santacília; Sant Martí; Sant Marçal; Sant Naçari; Sarriá; Seguin o Seguí; Serinhá o Serinyá; Serra; Servian o Serviá; So d'Aliò o De Llo-Èvol; Solor, Salor, Soler; Sureda o Soreda; Taillade, Tallada, Talladas; Tautavel, Taltahull, Taltavull; Termes; Tatzo, Totzo, Totxo; Terrena; Thorá; Thuir; Thoveis o Tovell; Togores; Tornamira; Turmeda; Tuyent; Urg o Urtx; Vallespir; Vallvert; Ventaiol o Ventayol; Verdera o Saverdera; Vernet; Vilar o Desvilar; Villalonga; Yspania o Espanha.
Réellement, la guerre a eu deux phases : l'une qui a fini dans 1229 et une deuxième que de 1240 à 1255 a duré. À partir de ce moment le catarismo a disparu et certains de ses réminiscences ont été reprises par les franciscains spirituels, qui conformaient l'une des branches franciscaines les plus "extrémistes", pour le dire d'une manière, et que souvent ses postulats ont frôlé l'hérésie. Cette version du franciscanismo jouissait de l'appui de la part du patriciado urbain et aussi de quelques membres de la maison réelle de Majorque. Une preuve de ces réminiscences cathares dans le franciscanismo, est le soulèvement populaire arrivé en 1306, dans Carcasona, promu par le Bernat Deliciós de Montpeller spirituel, pour donner à Ferran de Majorque la seigneurie du Languedoc.
Jaime II de Majorque, père de Ferran, a immédiatement désavoué l'opération. Le chef du dit soulèvement est été Sanç de Morlà, cathare, le membre d'une famille qui avait participé à la conquête de Majorque, sous la conduite de Nuño Sanç et qui s'était établie à Majorque. Il n'a pas à se perdre de la vue que dans le printemps 1229 a signé le Traité de Meaux, qu'il a signifié la fin de la première guerre albigeoise et que, sans doute, il a provoqué que beaucoup de militaires occitans, à avoir perdu ses terres et droits, ils participaient à la conquête de Majorque à la recherche d'un avenir.
Par exemple, Bernat de So, marié avec Esclaramunda de Foix - nom qui fait référence à la lumière (un blanc de l'oeuf món), je signe du bien, typique du catarismo, aussi comme il passe avec Raimon il a participé à la conquête, et en 1250 il a été brûlé par hérétique dans le Languedoc. Son petit - fils a été Bernat de So, premier Vizconde de Evol, une personne très proche de Jaime III. Son fils, Guillermo, a été le castillan du Castell del Rei (Pollença), durant la guerre qui a fait face au roi majorquin avec Pierre IV.
Un autre exemple est celui-là des frères Oliver et Bernat de Termes (ecoute Oliver de Termes , je m´apelle Francisco Oliver). Les deux ont activement participé à la guerre albigeoise et après à la conquête de Majorque. Ils étaient des neveux de Benet de Termes, d'évêque cathare de Rasés. La branche d'Oliver s'est établie à Majorque et a duré jusqu'au XVIIe siècle. Je peut mettre plus d'exemples, et non seulement d'occitans qui ont participé à la croisade de Majorque, mais des colons qui sont arrivés durant le XIIIe siècle à l'île pour la repeupler.
Parfois il peut coûter de connaître porqué Jaime I a laissé à son deuxième fils cette couronne si "compliquée" comme c'était le Royaume de Majorque : les Baléares et la partie le nord de ses territoires, qui étaient de plus dispersés. Maintenant bien, si nous tenons en compte de ce courant migratoire du nord au sud, on peut présumer ce que "le Conquerant" tentait, protéger ses parents occitans et avec ceux-ci à ses vassaux.
Aragón,La Catalogne et Occitania formaient une aire culturelle et sociale commune. Il a préparé un coureur, ses territoires du nord, et un lieu où ils seraient protégés, des Français et des messieurs de conflit féodaux de la Couronne de l'Aragon : Majorque, avec ses Privilèges et une Franchise, le Regne enmig de la mer, comme le propre roi l'a dénommé.


(actuel drapeau de Mallorca)
Plusieurs de ces rehabitants qui sont venus à Majorque, encore conservent son sang et noms de famille dans l'île : Aymerich (Raimon Aymerich a été diacre cathare dans Vilamur); Barbará (Jaspert Barbe a défendu devant les Français château de Queribus, le dernier château cathare qui restait dans un pied, tout de suite, en fuyant des represalías, a participé à la conquête de Majorque); Bonet (cathares du Languedoc); Ferriol (des militaires cathares de Carcasona); Jordá (Raimon Jordá, vizconde de Sant Antonin, et mis le tilde de cathare); Riussech (du comté de Foix, Amiel de Riussech, cathare, a été spoliée par le même Simón de Monfort en 1209, et il a recommencé à perdre des propriétés en 1226, déjà un veuf est rentré sans l'ordre del Temple. Un de ses frères a participé à la conquête de Majorque en laissant une descendance); Riutord (de Carcasona. Bernardine de Rieutord, cathare)... Dans n'importe quel cas, cette arrivée d'occitans cathares ou entourés de certaine atmosphère cathare, il n'a pas apaisé l'apparition de foyers hérétiques importants, dans il a changé, comme il a été déjà prévenu, oui que l'ordre franciscain, une "version" non hérétique du catarismo, a beaucoup eu un poids dans cette nouvelle société chrétienne qui s'est établie à Majorque à partir du XIIIe siècle.
Moi pourrai parler des heures de cette histoire, je tien beaucoup de données, mais je ne veux pas abuser de votre patience.
Je veux seulement que vous compreniez les noeuds qui nous unissent à occitans et aux Aragonais.
L'histoire nous unit ..., après la conquête de Majorque il est venu de Valence (rappelez que dans la couronne d'Aragon ces royaumes(règnes) étaient intégrés sans que des sujets aient perdu ses lois et son indépendance politique), après Valence est venue la Sicile , tout de suite la Byzance et la Turquie avec les almogávares. Alors c'était déjà le XIV siècle, et l'un des chefs principaux almogávares continuait d'avoir un nom de famille et une origine occitane : Corberán d'Alet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.almogavares.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les faidits dans la conquête de Majorque   Jeu 13 Mar 2008 - 15:36

je viens de lire ton récit........vraiment super. merci
Revenir en haut Aller en bas
Ferrolobo
novice
avatar

Masculin
Nombre de messages : 35
Age : 52
Localisation : Aragón! Aragón!
Date d'inscription : 20/12/2007

MessageSujet: Re: Les faidits dans la conquête de Majorque   Lun 5 Mai 2008 - 23:24

Merci Adelard:

J'ai appris en lisant ce livre (1974) beaucoup de choses de nos antérieurs.
Maintenant il en ressort que mon prenom de famille (Oliver) originaire de Majorque, il est occitan.
Je suis ému Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.almogavares.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les faidits dans la conquête de Majorque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les faidits dans la conquête de Majorque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mon petit dernier : l'Albatros de Robur le Conquérant (Jules Verne)
» Caitlin Maura Isle « Dans la vie il faut se battre, se défendre, conquérir, réaliser ses rêves et ses désirs. » [fini le 30/01/12]
» Majorque-Eté 2006
» "La Conquête" ou The Dark Sarkozy Rising !
» "La Conquête" : Sarko, Cécilia, Chirac, Villepin...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la Mesnie du Carcassès :: DE L'HISTOIRE POUR SE COUCHER MOINS BÊTE :: L'HISTOIRE AVEC UN GRAND H-
Sauter vers: